Rouage discret et indispensable du circuit commercial, le courtier assure la transparence du marché.

A la demande des contreparties, il veille à la bonne exécution des affaires, 

et dans la mesure du possible, règle les litiges pouvant survenir.

Un courtier est alors un :

 

Informateur du marché

Négociateur de contrat 

Apporteur d’idées

Temoin impartial de l’accord contractuel

Technicien des clauses contractuelles

Diplomate durant l’execution des contrats

 

HISTOIRE

 

Le métier de courtier trouve son origine dans l'Antiquité aussi loin que le métier de commerçant.

Au Moyen âge, il se pratique sous la supervision de la cour royale en Europe Occidentale où il est déjà réglementé en France par Jean Baptiste COLBERT 1619-1683 Contrôleur général des finances de Louis XIV.

Jacques SAVARY 1622-1690 nommé par COLBERT "Conseil des réformes pour le commerce", participe aux travaux qui aboutirent à la publication de l’ordonnance sur le commerce de 1673, ancêtre du code de commerce.

 

Dans son ouvrage du 1er Janvier 1936 " LES COURTIERS AU MOYEN AGE" VAN HOUTTE J. A. - KAMPS W. CH. (Auteur) en donne cette définition :

 

 

"Le courtier est l'intermédiaire commercial qui assiste le négociant en le mettant en rapport avec d'autres acheteurs ou vendeurs, ou en lui offrant sa médiation pour la conclusion de ses affaires,; on lui attribue de ce fait un salaire, appelé courtage.Il est à peine nécessaire d'insister sur l'importance de cette profession dans le mouvement commercial contemporain.Le développement des échanges investit les auxiliaires du commerce, et principalement les courtiers, d'un rôle des plus appréciables. Il aide les trafiquants en leur donnant des répondants, ils négocient la conclusion des marchés et en remettent la preuve écrite aux parties contractantes."

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
1courtier ©.Tous droits réservés.

Appel

Email